Haut

Allergie ou intolérance alimentaire?

On n’a jamais autant entendu parler des allergies et des intolérances alimentaires dans l’actualité! Bien qu’on soit de plus en plus informés sur les dangers liés à ces maladies, il demeure encore plusieurs incompréhensions. Voici donc quelques explications pour démêler tout cela!

Quelle est la différence entre une allergie et une intolérance alimentaire?

Une allergie alimentaire, c’est le système immunitaire qui réagit à la présence d’une protéine contenue dans un aliment. Le système croit, à tort, que cette protéine est dangereuse et qu’il faut s’en défendre. Le corps sécrète alors des anticorps (IgE) pour attaquer la méchante protéine! Il y a aussi création d’histamine, qui causera l’inflammation. La réaction allergique survient rapidement après avoir été en contact avec l’aliment

Dans le cas d’une intolérance alimentaire, c’est le système digestif qui fait défaut! Il s’agit d’une sensibilité à certaines substances. Le système immunitaire n’est pas impliqué dans le cas d’une intolérance. L’intolérance alimentaire prend plus de temps à s’exprimer après avoir mangé l’aliment sensible.

La dose

La réaction allergique peut débuter avec une quantité minime de la protéine alimentaire. Ainsi, il faut faire très attention aux fameuses contaminations croisées! Une personne allergique pourrait faire une réaction par la simple utilisation d’un ustensile ayant servi à cuisiner l’aliment allergène.

Pour qu’une réaction d’intolérance ait lieu, il faut, en général, que la personne ingère une quantité normale de l’aliment pour en ressentir les symptômes. Ainsi, la contamination croisée dans le cas d’une intolérance n’entrainera pas de réaction.

Ça touche qui?

Les allergies alimentaires toucheraient de 3 à 4% des adultes canadiens et 5 à 6% des enfants. On estime qu’environ 4% des bébés seraient allergiques au lait de vache. La majorité des enfants perdront naturellement leur allergie avant l’âge scolaire.

Exemple du lait

Le lait est un aliment omniprésent dans notre alimentation. Ses sous-produits sont très utilisés par l’industrie comme ingrédients pour leurs propriétés nutritionnelles et fonctionnelles. Le lait de vache se démarque aussi par le fait qu’il est responsable de réactions allergiques et d’intolérances. Voici une infographie qui résume ce cas spécial!

Allergie ou intolérance alimentaire

Et le gluten?

Le fameux gluten, responsable de la maladie cœliaque, fait l’objet d’un article à lui seul! Voici le lien pour le lire : Vive le gluten libre!

Rôle de l’industrie alimentaire

Santé Canada a identifié 10 allergènes prioritaires  soit : « les arachides, le blé et autres grains céréaliers contenant du gluten, les fruits de mer (y compris le poisson, les crustacés et les mollusques), le lait, la moutarde, les noix, les œufs, le sésame, le soja, et les sulfites »

L’inscription de la présence d’un allergène sur l’étiquette d’un aliment peut se faire de deux façons :

  • En l’inscrivant directement dans la liste des ingrédients et/ou en ajoutant la mention « Contient … ». C’est le cas lorsque l’allergène est un des ingrédients. Par exemple, de la poudre de lait écrémé. Cette inscription est obligatoire.
  • En mentionnant « Peut contenir… » ou « Peut contenir des traces de… », lorsque l’usine transforme d’autres aliments contenant l’allergène dans ses locaux ou lorsqu’un des ingrédients peut contenir des traces de l’allergène. Cette inscription constitue une recommandation et non une obligation.

Dans les deux cas, une personne allergique ne devrait pas manger un aliment, même s’il mentionne qu’il peut contenir des traces, car une trace est suffisante pour déclencher une réaction allergique.

Pour les personnes intolérantes, ingérer un aliment avec la mention « peut contenir » n’engendre pas de conséquences, car la dose est trop faible.

Peut-on guérir d’une allergie alimentaire?

Pour les personnes souffrant d’allergie alimentaire, il n’existait pas, jusqu’à tout récemment, de traitement pour guérir de la maladie. La seule solution était d’éliminer toute trace de l’aliment de son alimentation et d’avoir son Épipen à la portée de la main en tout temps. La bonne nouvelle est que, cet été, le centre universitaire de santé de l’université Mc Gill a rendu public les résultats de leur programme de désensibilisation à l’allergie au lait. Une première au Canada! L’étude a été réalisée auprès de 50 enfants. Sous supervision médicale, les chercheurs ont donné des doses orales de lait très dilué en augmentant la dose graduellement. Au début, une micro dose de 0,1ml de lait dilué 100 fois était administrée. Résultat, après quelques mois de traitement, 70% des enfants allergiques ont pu boire un verre de lait sans réaction!

Le CHU Sainte-Justine désire maintenant ouvrir une clinique d’immunothérapie alimentaire pour pouvoir traiter près de 10,000 enfants sur une période de 3 ans. Ils sont actuellement en période de financement, si vous voulez contribuer, allez sur le site : www.byebyeallergies.ca

Le danger de l’autodiagnostic

La tendance grandissante à s’auto-proclamer allergique ou intolérant à un aliment sans diagnostic médical est une pratique dangereuse. Il ne faut pas retirer d’aliment de notre diète, en se convaincant que cela a réduit les symptômes, sans l’avis d’un médecin. Le danger de cette pratique, c’est de se croire allergique ou intolérant, alors qu’en fait ce peut être une toute autre maladie. La morale de cette histoire : si vous pensez souffrir d’allergie ou d’intolérance alimentaire, il faut absolument consulter un médecin ou un allergologue!

Références :

Les pages web ont été consultées le 29 septembre 2016

Association des allergologues et immunologues du Québec, Allergie alimentaire, http://www.allerg.qc.ca/Information_allergique/3_1_aliments.html

Le Devoir, La désensibilisation orale fait ses preuves, http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/479654/allergies-alimentaires-la-desensibilisation-orale-fait-ses-preuves

Santé Canada, L’utilisation des mises en garde relatives aux allergènes alimentaires sur l’étiquette des aliments préemballés, http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/label-etiquet/allergen/precaution_label-etiquette-fra.php

Santé Canada, Le Lait, allergène alimentaire prioritaire, http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/pubs/securit/2016-allergen_milk-lait/index-fra.php

 

Inline
Inline