Haut

Tout ce que vous devez savoir sur la gomme!

La gomme, un sujet qui peut paraitre léger, surtout avec ses bulles ! Mais la gomme, c’est du sérieux, c’est marché mondial de 25 milliards en 2015. L’an dernier au Québec, on a acheté pour 54,7 millions de dollars de gomme à mâcher. D’ailleurs, on consomme autour de 170 gommes par année par personne, ce n’est pas rien !

D’où vient la gomme ?

La première utilisation connue de la gomme à mâcher remonte à la préhistoire, où la résine de conifères était utilisée. Les Mayas eux mâchaient la sève du sapotillier et les Égyptiens, la résine de lentisque. Les humains, on adore mâcher, certains disent que cela remonte à notre enfance, rappelant l’allaitement maternel.

La gomme à mâcher ou chewing-gum telle qu’on la connait aujourd’hui a été inventée aux États-Unis en 1860 à partir de la sève de l’arbre sapotillier, un ingrédient importé du Mexique utilisé comme substitut du caoutchouc ! Inventée par Thomas Adam, la gomme à mâcher fut brevetée en 1869 par un dentiste américain dénommé William Finley Semple. C’est n’est cependant pas lui qui commercialisa la gomme, mais bien son fils. Ce dernier, un vendeur de savon, a vu le potentiel du produit par l’engouement que ses clients avaient envers la gomme qu’il en donnait en cadeau à l’achat de ses savons. Il troqua alors les produits d’hygiène personnelle pour les confiseries !

Il créa alors la célèbre marque de gomme Wrigley, qui existe toujours, ainsi que les marques déclinées comme Jucy Fruit, Spearmint, Doublemint et Hubba bubba. Aujourd’hui, Wrigley, c’est une entreprise de 5 milliards de dollars de revenus et 16,000 employés. Elle été acheté par le groupe Mars en 2008, il est toujours le leader mondial de l’industrie de la gomme, suivi par Cadbury qui est en 2e position.

Et la gomme balloune dans tout ça ?

Son histoire est beaucoup plus récente que la gomme à mâcher ! La compagnie Fleer Chewing Gum à Philadelphie a tenté pendant des années de créer une gomme pouvant s’étirer et former une bulle, sans succès. Leurs gommes étaient toujours trop collantes et pas suffisamment robustes.

Jusqu’au jour où leur comptable, Walter Diemer, qui s’amusait comme passe-temps à créer des recettes de gomme, réussit à créer la première gomme balloune.

Malgré cette belle découverte, M.Diemer n’a pas été chanceux, car il a perdu la recette et il lui a fallu 4 mois pour recréer la gomme qui fait des bulles ! La célèbre marque Dubble bubble fut alors créée.

Le deuxième malheur pour M. Diemer après la perte de sa recette est qu’il n’a pas breveté son invention. Dubble Bubble fut la seule marque de gomme sur le marché jusqu’à la 2e guerre mondiale, où la gomme Bazoka et ses célèbres bandes dessinées fit son apparition.

Dernier fait amusant, la couleur rose de la gomme ballonne serait due au fait qu’il n’y avait que du colorant rose à l’usine Fleer lors de la première production de gomme balloune. Cette couleur est maintenant fortement associée à ce type de gomme.

Qu’est qu’il y a dans la gomme ?

La gomme à mâcher comporte 2 phases insoluble et soluble :

  • une insoluble, qu’on appelle « la base de la gomme », celle qui est robuste, c’est la masse sans goût qui reste dans notre bouche après 10 minutes de mastication. La sève du Sapotillier était la base des premières gommes. Cependant, cette matière première se faisant de plus en plus rare, l’industrie développa une base de gomme synthétique. Ainsi, la base utilisée aujourd’hui est généralement composée d’élastomères, de d’émulsifiants, de cire, de plastifiants et de polyéthylène. La recette de base de gomme est unique à chaque compagnie et c’est un secret industriel bien gardé !
  • Une soluble, celle qui comporte les sucres et arômes qu’on aime dans la gomme. Cette phase quitte la gomme lorsqu’on ma mâche et se dissout dans notre salive. Plusieurs gommes contiennent ce qu’on appelle des sucres alcool, c’est des sucres spéciaux, qu’on retrouve naturellement dans les végétaux. Ils sont un peu moins caloriques que le sucre blanc et surtout, ils donnent une sensation de fraîcheur en bouche lorsqu’il se dissout ! Ces sucres alcool sont faciles à reconnaitre, car ils finissent par ‘ol’. Les plus utilisés sont le Xylitol, le sorbitol et le mannitol. Le Xylitol, qu’on extrait de l’écorce de bouleau, est le sucre alcool dont la sensation de froid est la plus intense, il est souvent en premier dans la liste des ingrédients des gommes à la menthe. Les gommes ont aussi presque toujours des édulcorants intenses, des molécules au pouvoir sucrant très puissant et qui sont pratiquement sans calories ! Les plus célèbres sont l’aspartame et l’acésulfame-potassium.
  • Finalement, la gomme balloune contient une 3e phase, composée de sirop de maïs ou de glucose, utilisés comme humectant, pour donner de l’humidité et de la souplesse à la pâte.

Pourquoi est-ce si plaisant ?

Il y a tant de raisons, qu’elles soient bonnes ou non, qui expliquent la grande popularité de la gomme, depuis des millénaires. En voici quelques-unes :

  • Parce que c’est bon !
  • Pour améliorer ou plutôt cacher la mauvaise haleine.
  • Pour s’occuper, se divertir.
  • Par habitude.
  • Pour diminuer le stress, comme lorsqu’on manipule une balle antistress.
  • Pour augmenter la vigilance, nombreuses études suggèrent une augmentation de l’activité des systèmes cardiovasculaires (rythme cardiaque) et cérébraux lors de la mastication, ce qui pourrait aider à la concentration. Utile donc en période d’examen ou lorsqu’on conduit la nuit !

Des gommes sur les stéroïdes!

Depuis quelques années, on voit arriver sur le marché des gommes pouvant libérer des composés bioactifs, des médicaments, au fur et à mesure qu’on la mâche. Par exemple :

  • Pour arrêter de fumer, gomme qui libère la nicotine.
  • Gommes à mâcher énergisantes contenant de la taurine, de la caféine ou du guarana et les gommes relaxantes contenant de la mélatonine sont vendus en vente libre au Québec depuis 2015. Leurs effets sur le corps n’a cependant pas fait l’objet d’études et certains doutes persistent quant à la réelle libération de ses composés lors de la mastication.
  • Pour combattre la carie en stimulant la sécrétion de salive, ce qui neutralise les acides dans la bouche et par l’effet du Xylitol.
  • Pour diagnostiquer une inflammation autour d’implants dentaires en dégageant un arôme amer s’il y a inflammation.
  • Gomme à mâcher contraceptive, introduite aux États-Unis en 2006 qui aiderait à moins l’oublier selon son fabricant.

Quels sont les côtés obscur de la gomme ?

Malheureusement, comme beaucoup de choses dans la vie, la gomme n’est pas parfaite !

  • Les gommes, principalement les gommes ballounes, sont sucrées. Si on ne se brosse pas les dents, elle pourrait causer des problèmes de carie ainsi que plusieurs autres troubles pour la santé.
  • Certaines études démontrent que la mastication de la gomme pourrait empirer les épisodes de maux de têtes et de migraines.
  • Du point de vue écologique, la gomme pollue l’espace public, elle colle partout et prends plus de 5 années à se biodégrader.

Finalement, la grande question, va-t-on prendre 7 ans à digérer une gomme avalée par accident ?

C’est en fait une des nombreuses légendes urbaines liées à l’ingestion de gomme, avec celle que la gomme restera collée dans notre intestin et y formera une immense boulle.

Selon la gastroentérologue Lisa Ganjhu, dans une entrevue qu’elle a accordée à Buzzfeed, le seul risque lié à l’ingestion d’une gomme est celui de s’étouffer si elle obstrue les voies respiratoires au passage.

Il est vrai qu’une partie de la gomme, soit la « base de gomme », n’est pas digérable. Si vous l’avalez par mégarde, elle fera donc tranquillement son petit bonhomme de chemin jusqu’à la sortie, tout comme les grains de blé d’Inde et ce de façon tout à fait inoffensive !

Cet article était le sujet de ma chronique du 30 octobre 2017 à l’émission Les Éclaireurs sur ICI Radio-Canada Première, pour l’écouter, c’est ici: http://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/les-eclaireurs/episodes/393146/audio-fil-du-lundi-30-octobre-2017/7 

 

Références :

ALLEN, Andrew, J.C. JACOB, Tim, P. SMITH, Andrew, Effects and after-effects of chewing gum on vigilance, heart rate and EEG, PSYCHOLOGY & BEHABIOR, (2013)BBC, Student dig unearths ancient gum [En ligne] http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/6954562.stm , page consultée le 26 octobre 2017.

BUZZFEED, Here’s What Actually Happens When You Swallow Your Gum, [En ligne] https://www.buzzfeed.com/carolinekee/should-you-spit-or-swallow-chewing-gum?utm_term=.vxyGN22GR#.ex26QNN6p , page consultée le 26 octobre 2017.

HISTORY, Chew on This: The History of Gum, [En ligne]  http://www.history.com/news/hungry-history/chew-on-this-the-history-of-gum , page consultée le 26 octobre.

KONAR, Nevzat, Chewing gum: Production, quality parameters and opportunities for delivering bioactive compounds, Trends in food science & technology, (2016)

LIPPI G, CERVELLIN, G, MATTIUZZI, C, Gum-Chewing and Headache: An Underestimated Trigger of Headache Pain in Migraineurs?, CSN Neurol Disord Drug Targets, 2015;14(6):786-90

MAPAQ, Ventes au détail de produits alimentaires dna sles grands magasins au Québec, [En ligne] http://www.mapaq.gouv.qc.ca/fr/Publications/Ventesdetailproduitsalimentaires.pdf, page consultée le 26 octobre 2017.

RADIO-CANADA, La gomme à mâcher peut prévenir la carie et réduire le stress, [En ligne]  http://ici.radio-canada.ca/emissions/bien_dans_son_assiette/2013-2014/chronique.asp?idChronique=383382, page consultée le 26 octobre 2017.

SANTÉ-CANADA, Résumé de l’évaluation par Santé Canada d’une allégation santé au sujet de la gomme à mâcher sans sucre et la diminution du risque de carie dentaire, [En ligne]  

https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/aliments-nutrition/etiquetage-aliments/allegations-sante/examen/gomme-macher-sans-sucre-diminution-risque-carie-dentaire-allegations-relatives-nutrition-sante-etiquetage-aliments.html , page consultée le 26 octobre 2017.

WRIGLEY, History of gum, [En ligne]  http://www.wrigley.com/global/about-us/history-gum.aspx , page consultée le 26 octobre 2017.

 

 

Inline
Inline